Statue avec masque

Spécial COVID

Informations pratiques

 

Mise au point quotidienne sur le COVID 19

Vous trouverez ici une mise au point complète tenant compte des dernières données sur le COVID 19.

Une étude du NHS sur la mortalité en Angleterre montre un point essentiel de manière encore indiscutable : c'est l'importance phénoménale de l'âge sur les décès en regard des autres facteurs de risque.  

Stratégie de contact Tracing

Directives concernant les tests en vue du tracing des patients suspects covid et contacts.

Une fiche rédigée par le DGS récapitule la doctrine et les consignes pour la mise en place du contact tracing lors des consultations. Une fiche "professionnels de santé" pour la prise en charge par les médecins de ville des patients atteints de COVID 19 en phase de déconfinement est également à disposition.

Pour gérer la situation, l'Assurance Maladie a mis en place un dispositif qui permet le repérage rapide des patients contaminés (malheureusement sur les seuls critères de positivité du test ou de scanner positif pour le moment). Elle fait pour cela appel à la participation des médecins en leur demandant de renseigner (avec l’accord du patient) une interface Ameli. Les médecins pourront aussi signaler les cas contacts, mais sans obligation et s’ils ne le font pas, l'assurance maladie prendra le relais.

Pour l’information de leurs patients :

une fiche « grand public » « Je limite la transmission du virus » (PDF) et une fiche « personnes contact »   « J’ai été en contact avec une personne malade du Covid-19 » (PDF)précisant les conduites à tenir,
une fiche « J’ai les signes de la maladie du Covid-19 » (PDF) à remettre aux patients symptomatiques pour lesquels un test est prescrit, afin de leur expliquer la conduite à tenir

Toute personne présentant des signes cliniques évocateurs du COVID-19 doit se voir prescrire par un médecin un test de diagnostic par RT-PCR et être isolée sans délai dans l’attente de son résultat.

La recherche des personnes contacts de tout cas symptomatique confirmé de COVID-19 ou de tout cas probable de COVID-19 TDM+ doit être initiée dès que possible, à partir de 48h avant l’apparition de ses symptômes et jusqu’à son isolement ;

Les personnes dont les contacts avec un cas confirmé sont évalués « à risque » doivent être placées en quatorzaine et faire l’objet d’un test de dépistage par RT-PCR qu’ils soient symptomatiques ou asymptomatiques (dès que possible pour les contacts du foyer et 7 jours après le dernier contact avec le cas confirmé pour les contacts hors du foyer, et immédiatement en cas d’apparition de symptômes)

Les mesures d’isolement et de quatorzaine sont préférentiellement mises en œuvre au domicile des cas et des personnes contacts à risque ; des hébergements dédiés peuvent toutefois leur être proposés, sur évaluation de critères médicaux, sanitaires et/ou sociaux, notamment des capacités d’isolement possibles au sein du domicile.

Plateforme téléphonique d’aide à l’obtention d’un RDV: 

Cette plateforme est ouverte de  9h à 20h, 7 jours sur 7 et fonctionne :

- uniquement sur appel d’un médecin

- uniquement pour les patients symtomatiques ou cas contacts.

A votre demande, elle permet une prise de rendez-vous rapide auprès d'un laboratoire de biologie médicale (LBM) en Ile-de-France. Le numéro vert est le  0800 08 02 25. 

L'organisation du déconfinement dans les Yvelines est téléchargeable ici

Distribution de masques sanitaires par l'état en sortie de confinement (au 11 mai 2020)

En phase de sortie de confinement, les distributions se poursuivent, avec pour objectif prioritaire la
limitation au maximum de la diffusion du virus et l’accompagnement de la reprise d’activité. Dans ce
cadre, la stratégie de répartition des masques sanitaires par l’État a vocation à évoluer.
 La cible est fixée à 100 millions de masques sanitaires distribués par l’État chaque semaine,
modulo une adaptation chaque semaine pour distribuer le maximum possible de masques en
fonction de la réalité des approvisionnements.
 Les professionnels des secteurs sanitaires et médico-sociaux voient ainsi leur dotation globale
augmenter
. De nouvelles professions de santé peuvent bénéficier des dotations en masques
sanitaires de l’État.
 Dorénavant, les malades, les personnes contacts et les personnes à très haut risque médical
(par exemple personnes immunodéprimées sévères) bénéficient eux aussi de ces dotations.
 Pour la population générale, en particulier dans les lieux à risque et lorsqu’elle se rend dans
les établissements et chez les professionnels de santé, le port du masque grand public est
recommandé.
À partir du déconfinement, ce système coexiste avec la reprise de circuits classiques de distribution de
masques, qu’ils soient sanitaires ou grand public ; les pharmaciens notamment peuvent à nouveau
vendre des masques issus de leur propre stock, en plus des masques du stock Etat distribués
gratuitement aux populations éligibles.

Vous pouvez faire votre dotation de masques, il faut vous signaler sur le site dédié.

Pour savoir quel masque porter en ville ou quelle protection adopter pour les prélèvements de dépistage par RT- PCR cliquez sur le lien sur ligné correspondant.

Délivrance des arrêts de travail Covid

Docteur,

Le dispositif d'arrêt de travail préventif des personnes vulnérables plus particulièrement exposées au COVID-19 évolue à compter du 1er septembre pour maintenir une protection adaptée aux assurés présentant un très haut risque de développer une forme grave de COVID-19. Compte tenu du décret paru au JO du 30 août, seuls les assurés couvrant les situations suivantes pourront être arrêtés et indemnisés :

1° Etre atteint de cancer évolutif sous traitement (hors hormonothérapie) ;

2° Etre atteint d'une immunodépression congénitale ou acquise :

     - médicamenteuse : chimiothérapie anti cancéreuse, traitement immunosuppresseur, biothérapie et/ou corticothérapie à dose immunosuppressive ;

     - infection à VIH non contrôlée ou avec des CD4 < 200/mm3 ;

     - consécutive à une greffe d'organe solide ou de cellules souches hématopoïétiques ;

     - liée à une hémopathie maligne en cours de traitement ;

3° Etre âgé de 65 ans ou plus et avoir un diabète associé à une obésité ou des complications micro ou macro vasculaires ;

4° Etre dialysé ou présenter une insuffisance rénale chronique sévère.

En fonction de ces situations médicales et dans l'impossibilité pour l'assuré de poursuivre son activité en télétravail, vous pourrez établir, comme actuellement, soit un certificat d'isolement pour les salariés du privé, soit un arrêt de travail en ligne de préférence via le service amelipro, pour les autres catégories (artisans-commerçants, professions libérales et de santé, fonctionnaires...) en utilisant le libellé « personne à risque covid 19 » du téléservice et en cochant « en rapport avec l'ALD ».

Les personnes cohabitant avec une personne vulnérable ne pourront plus bénéficier d'un arrêt de travail dérogatoire indemnisé à compter du 1er septembre et la déclaration via le site declare.ameli ne sera plus accessible.

Soutien psychologique des patients adultes durant la période COVID

L’épidémie de COVID-19 et le confinement général mis en place en France le 17 mars 2020 mettent à l’épreuve nos capacités d’adaptation psychologiques. 


L'Hôpital Mignot a mis en place une cellule de soutien psychologique et d'écoute pour les adultes de plus de 17 ans résidant à Versailles ou au Chesnay Rocquencourt.

Liste des Centres Covid 78

Coordonnées de l'ensemble des centres de consultation Covid sur les Yvelines.

Le ministère de la santé met également en ligne un outil de recherche des lieux de dépistage COVID par ville.

Détresse respiratoire asphyxique à domicile ou en EHPAD

FICHE CONSEIL - URGENCE SANITAIRE
PATIENTS COVID+ VERSION 3 DU 17/04/2020

Appui des professionnels de santé de ville aux EHPAD

Un certain nombre d’EHPAD témoigne aujourd’hui d’un besoin de renfort des
professionnels de santé exerçant en ville.
Le soutien à ces établissements constitue une priorité dans la réponse à la crise sanitaire.

Pour qu’un renfort maximum puisse leur être garanti, Le Gouvernement a pris un ensemble de
mesures facilitant l’intervention en EHPAD des professionnels de santé exerçant en ville, à la fois sur
le plan de l’organisation et de la tarification.
Ces mesures sont exposées dans la présente fiche.

Grossesse et Covid

Tuto’tour de la grossesse soutient les femmes enceintes, leur famille et les soignants qui les accompagnent dans cette période difficile. Nous espérons que ce clip vidéo validé scientifiquement pourra vous apporter de l'aide et répondra à des questions que vous pourriez vous poser. Une fiche d’information réalisée par nos soins est disponible ci dessous.

Persistance et efficacité des anticorps neutralisants contre le SARS-CoV-2

Connaître l’efficacité protectrice et la persistance des anticorps neutralisants produits en réaction à l’infection par le SARS-CoV-2 est un élément-clé pour prédire l’évolution de la pandémie de COVID-19 dans les mois et les années à venir.
Les données dont nous disposons concernant le SARS-CoV-2 sont certes préliminaires, mais elles sont, pour l’instant, parfaitement en ligne avec les informations acquises lors de l’étude des autres coronavirus humains : ceux responsables de 15 à 20 % des rhumes (229E, OC43 ou HKU1, par exemple), SARS-CoV-1 et MERS-CoV.
En bref, des anticorps neutralisants (IgG, IgM et IgA) apparaissent dès la 2e semaine après l’apparition des symptômes, pour une durée allant de 1 à 3 ans selon le coronavirus étudié (et probablement selon la sévérité de l’infection initiale). Tant que leur taux sanguin est significatif, ces anticorps semblent efficaces pour prévenir (ou atténuer) une éventuelle réinfection. Un certain degré d’immunité croisée existe entre ces virus, qui devra être intégrée dans les modélisations.
Il faudra cependant attendre encore des mois pour acquérir des certitudes quant à la persistance des anticorps dirigés contre le SARS-CoV-2.
Néanmoins, il est d’ores et déjà possible de modéliser l’évolution de la pandémie, en s’appuyant sur les connaissances acquises avec les autres coronavirus et les évidences actuelles sur le SARS-CoV-2.

Synthèse sur les tests de dépistage

La revue Prescrire a rédigé, le 23 avril 2020, un document de synthèse permettant de nous éclairer sur les différents tests de dépistage, en lien ci dessous. 

Egalement disponible, une vidéo réalisée par le syndicat des jeunes médecins biologistes sur "Covid, PCR et sérologies: on fait le tri!" en appui de la fiche pédagogique HAS de prérequis sur les tests.

Un article du JAMA explique comment interpréter les tests de diagnostic pour le SASRS Cov 2.

L'ARS donne les recommandations concernant les indications de test par RT PCR.

La HAS donne les 7 indications des tests sérologiques sur prescription médicale: 

- En diagnostic initial pour les patients symptomatiques graves hospitalisés, dont la RT-PCR est négative mais chez qui les symptômes cliniques ou le scanner sont évocateurs d’un COVID-19. 
- En diagnostic de rattrapage de patients symptomatiques graves hospitalisés mais qui n’ont pas eu un test RT-PCR dans les sept premiers jours. 
- En diagnostic initial de patients symptomatiques sans signes de gravité suivis en ambulatoire dont le test RT-PCR est négatif mais dont le tableau clinique est évocateur. 
- En diagnostic de rattrapage de patients symptomatiques sans signes de gravité suivis en ambulatoire mais chez qui un test RT-PCR n’a pu être réalisé avant 7 jours. 
- En diagnostic différé des patients symptomatiques sans signes de gravité diagnostiqués cliniquement mais n’ayant pas fait l’objet d’une RT-PCR et ce depuis la mise en place de la phase 2 (à partir du 2 mars 2020). 
- En détection d’anticorps chez les professionnels soignants non symptomatiques, en complément du dépistage et de la détection de personne-contact par RT-PCR selon les recommandations en vigueur, si la RT-PCR est négative. 
- En détection d’anticorps chez les personnels d’hébergement collectif (établissements sociaux et médico sociaux, prisons, casernes, résidences universitaires, internats, …) non symptomatiques en complément du dépistage et de la détection de personne-contact par RT-PCR selon les recommandations en vigueur, si la RT-PCR est négative.  

Soutien psychologique des soignants

Depuis plusieurs semaines, les professionnels du monde de la santé font face à l’épidémie de COVID-19. Ils sont pour certains confrontés - avec une fréquence inaccoutumée - à un stress intense, à des traumatismes, à la mort ; ce qui les expose à un risque important d’épuisement. La HAS publie une Réponse rapide pour prévenir ces souffrances, les repérer quand elles surviennent et aider les personnes concernées.

Dans le cadre du dispositif de soutien aux professionnels, Isabelle Grevin, psychologue au CH de Versailles et sa collègue Johanna SEYLAZ, ont monté un groupe EMDR pour aider les professionnels de santé à se "décontaminer" de leurs affects négatifs et à renforcer leurs ressources, dans le cadre de la crise sanitaire autour du COVID. L'objectif de ces séances est de pouvoir apporter un apaisement, mais aussi de faire un travail préventif pour éviter une chronicisation des symptômes (état de stress post-traumatique). Vous trouverez leur plaquette ci-jointe.
Outre le fait que, en France, l’EMDR est recommandée par la Haute autorité de santé depuis 2007 dans la prise en charge du stress post-traumatique, l'OMS préconise l'EMDR pour traiter les conséquences des traumatismes (2013).

Christine PASSERIEUX a souhaité que ce dispositif soit ouvert aux professionnels de santé des Yvelines Sud, dont les professions libérales, et aux étudiants, de cette même région, dans le domaine de la santé (infirmières, sage-femmes, kiné, dentaire, médecin, etc...).

Aide financière à l'équipement des soignants

Dans le cadre de la lutte contre le COVID-19, les professionnels de santé sont en première ligne. C’est pourquoi la
Région Île-de-France mobilise un fonds de 10 millions d’euros destiné à les accompagner pour faire face aux
dépenses exceptionnelles que la lutte contre cette épidémie nécessite.

Appui aux professionnels de santé dans les COVID complexes

Pour les patients du territoire Grand Versailles âgés de plus de 60 ans ou porteur d'un handicap et dont la situation vous semble complexe, vous pouvez contacter le      du lundi au vendredi ou par mail à nikni@mda.yvelines.fr